top of page

Homélie pour le 4e dimanche de carême | 10/03/2024 | P. Damien Desquesnes



La guérison de l’aveugle de naissance


Depuis le XIXe siècle et la montée en force de la science moderne, les miracles n’ont pas cessé d’attirer le soupçon. Cependant, ce qu’il y a d’étonnant, c’est que les miracles sont accomplis avec presque rien. Dans le passage que nous venons d’entendre, ce « presque rien », c’est de la poussière, de la salive et l’eau d’un bassin, sans oublier un ordre : « Va te laver à la piscine de Siloé ».

Il y a encore quelque chose que nous pouvons considérer comme un peu étrange : les Évangiles nous rapportent de nombreuses guérisons miraculeuses. Mais on peut se demander ce que ces guérisons ont réellement apporté à l’humanité. Jésus en effet a guéri quantité de sourds, d’aveugles, de boiteux ou d’épileptiques. Mais ces maux existent encore aujourd’hui. Alors, qu’est-ce que ces actions hors du commun ont bien pu apporter à l’homme  ?


Frères et sœurs, le miracle est bien différent d’une simple aubaine pour celui qui en bénéficie. Il est avant tout un signe. Il veut dire quelque chose, quelque chose qui nous révèle l’action de Dieu et qui est encore valable aujourd’hui.

Ici, la guérison de l’aveugle de naissance est une prophétie de ce que le Christ réalise pour celui qu’il renouvelle dans la piscine du baptême. Car la piscine de Siloé, c’est la piscine de l’Envoyé. Or, l’Envoyé, c’est le Christ. Donc la piscine de Siloé, c’est la piscine du baptême, la fontaine dans laquelle l’homme est renouvelé de fond en comble.

Mais ce n’est pas tout ! Dans ce signe de la guérison de l’aveugle de naissance, nous apprenons à quelle profondeur le baptême veut nous guérir. Nous voyons le Seigneur faire de la boue avec la poussière du sol. Nous le voyons appliquer cette boue sur les yeux de ce jeune homme. C’est étrange, car on ne comprend pas très bien comment de la boue peut apporter la moindre clarté.

Mais tout devient évident quand nous réalisons que l’homme tout entier est fait à partir du limon. « Le Seigneur Dieu façonna l’homme avec la glaise du sol », nous dit le livre de la Genèse (Gn 2,7). On dirait que Dieu fabrique l’homme comme un artisan modèle un vase.

Dans le cas de l’aveugle de naissance, mais c’est aussi notre cas à tous, le vase ébréché ; l’homme est un être abîmé ; et la brèche, ce sont les yeux clos de l’aveugle de naissance ; pour nous, cette brèche c’est le péché qui nous prive de la vision de Dieu.

L’Évangile nous montre donc que le Christ est venu réparer la créature humaine et la rend et la rendre splendide. Belle comme au premier jour, quand le péché n’existait pas encore, quand Dieu, en contemplant l’homme, s’écriait qu’il était très beau. Pour toutes ces raisons, Saint-Paul dit que le baptême fait de nous une créature nouvelle dans le Christ.


Frères et sœurs, sachez que le baptême est toujours célébré pour la joie de Dieu. L’homme il est lavé ; et une fois lavé, il rayonne de beauté aux yeux de Dieu. Mais sachez aussi qu’il est célébré pour la joie des hommes. En effet, il nous fait la promesse que nous pourrons voir Dieu de nos yeux. Rien de moins !

Nos catéchumènes vont recevoir le baptême pendant la veillée de Pâques ; et ce ne sera pas une petite chose. Bien sûr, comme nous, ils voient le soleil avec leurs yeux de chair. Mais prions pour qu’ils découvrent qu’il y a aussi des yeux dans leur âme, des yeux que le Christ s’emploie à ouvrir !

Prions pour que la foi qui est en train de naître en eux leur permettre de reconnaître comment le Christ agit dans leur vie. Qu’ils apprennent à mettre leur confiance en ce Dieu qui agit puissamment pour les conduire à sa lumière. Enfin, que la présence de ces catéchumènes nous encourage à chercher Dieu du fond du cœur pour nous réjouir de contempler sa beauté le moment venu.

18 vues0 commentaire

Comments


bottom of page